Adorno et les industries culturelles

Lire le livre (cliquez sur l’imagette)

La lecture de T.W. Adorno nous invite au retour à une analyse critique plus radicale de l’industrialisation et de la marchandisation de la culture. Mais elle nous donne aussi des clefs pour comprendre et analyser les productions médiatiques et culturelles d’aujourd’hui.; ainsi, cette thèse toujours éclairante : la forme esthétique est du contenu [social] sédimenté. Dans un autre registre, plus particulier, opérant une sorte de renversement copernicien, Adorno nous suggère aussi de repenser les rapports du son et de l’image, de bousculer le dogme toujours en vigueur d’un monde des images.

Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent ou participent à ce champ interdisciplinaire des industries culturelles et qui réfléchissent à la culture populaire industrialisée.

Écouter la conférence (1169 vues au 04/01/14)


Adorno et les industries culturelles par mhiver1

Voir une vidéo


Les chemins de la BU par mhiver1

Textes de Perec, Eco et Borges lus par Alain Cuny.

Conception-réalisation-montage : Marc Hiver.

Sujet : Montrer les coulisses d’une grande bibliothèque universitaire, son importance pour la recherche et l’intégration des nouvelles technologies d’information et de communication.

« La notion de bibliothèque est fondée sur un malentendu, à savoir qu’on irait à la bibliothèque pour chercher un livre dont on connaît le titre. C’est vrai que cela arrive souvent, mais la fonction essentielle de la bibliothèque, de la mienne et de celle des amis à qui je rends visite, c’est de découvrir des livres dont on ne soupçonnait pas l’existence et dont on découvre qu’ils sont pour nous de la plus grande importance. »

Umberto ECO, De Bibliotheca, Caen, L’Échoppe (traduction française Éliane Deschamps-Pria), 1986, p. 22.